Les hip hop girls du mois

Les hip hop girls du mois

Clôturons ce tumultueux mois d’avril par une mixture musicale bien plus dansante que ces vilaines giboulées. Halte à la tempête sonore ! Elles allient leur grâce et leur audace à une maîtrise vocale débordant de punchlines. Voici la sélection hip hop girls du mois.

 

Nicki Minaj, l’impératrice

Elle pèse si lourd dans la rap sphère que sa réputation n’est plus à faire. La diva aux formes aussi généreuses que ses textes garnis d’excellentes punchlines débarque à nouveau avec un titre très évocateur : No Frauds. Il tourne déjà en boucle depuis le 16 mars 2017 et totalise plus de 12 millions de vues sur Youtube. Sur ce son, Nicki s’offre en prime un featuring avec ses potes les superstars Drake et Lil Wayne Dans un décor londonien canon, le clip affiche une artiste égale à elle-même : un style audacieux 100% affirmé.

 

Ta Ha, la relève

Sa notoriété n’égale guère celle de Nicki mais c’est sans nul doute la relève assurée. Ta Ha est une artiste aux influences multiples dont la douceur du timbre de voix décrit un voyage entre Tokyo et Paris. Son âme vagabonde séduit d’ailleurs son public lors de la sortie de son second projet, intitulé Tuareg Shawty. Elle y déclare son attrait à la culture twareg. Ses sets tantôt électro la déclassent du hip hop plus basic.

 

 

Reykjavíkurdætur, fraicheur islandaise

Lassés du français et de l’anglais, trop usuels ? La musique n’a pas de frontière. Le hip hop, encore moins. A bord de la navette de Reykjavíkurdætur, on atterrit en Islande, pays fétiche de notre Nana Fan Aha. Le nom du groupe est imprononçable, on vous l’accorde. Mais le beat est si bon qu’on en oublierait presque ces mots à rallonge. Pour faire court, le groupe se compose de 17 nanas pour le moins atypiques. Elles jouent sur l’image d’une jeunesse innocente à qui on n’impose pourtant pas de codes. Côté nouveauté, le girls band offre un nouveau titre à l’influence reggae : Láttu líkamann leiða (traduction : suis ce que te dicte ton corps). Liberté, voilà le ton donné.

 

 

Texte : Wessame Benahcene.


ARTICLES ASSOCIES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSTAGRAM