L’oeil de Nina : coup de cœur pour les bijou...

L’oeil de Nina : coup de cœur pour les bijoux ethniques Margi Darika


Mélanie Desplat est une créatrice de bijoux comme on les aime, féminins et raffinés avec ce petit je ne sais quoi qui fait la différence.

Mélanie vit à Bordeaux, elle préfère déposer le beurre sur ses tartines plutôt que l’étaler, dit posséder des pouvoirs olfactifs uniques et cligne des yeux pour mémoriser ce qu’elle ne doit pas oublier.

Après avoir évolué dans le milieu du théâtre et de la mode, elle créé la marque Margi Darika (« Vierge voyageuse en navajo) en mars 2014. Ne laissant rien pour acquis et cherchant la perfection, Mélanie peaufine actuellement ses connaissances auprès d’artisans joailliers.

Rencontre avec une fille qui sait ce qu’elle veut.

« Margi Darika » veut dire vierge voyageuse en navajo, et révèle la touche ethnique qui empreint tes créations, pourquoi ce choix ?

Mon beau père habite à Rio et c’est là-bas que j’ai eu envie de créer ma première collection. Mes voyages au Brésil m’ont particulièrement marquée. Leur savoir faire est passionnant, on tombe sur des artisans un peu partout. En 2 ans Margi Darika a beaucoup voyagé ! D’où le sens de « vierge voyageuse ».

Mélanger les cultures pour tenter de composer un bijou unique.

Comment en es-tu venue à créer des bijoux et monter ta marque ? Comment faire aujourd’hui pour se démarquer parmi les nombreux petits créateurs ?

Margi Darika est née 1 an après la naissance de mon fils Achille. J’ai eu envie de liberté ! Je réalisais des bijoux que je revendais dans la boutique de mon amie Fanny de « Frip confit » sur bordeaux. Un joyeux bordel dans lequel on trouve des merveilles ! Mes créations plaisaient et certaines devenaient même fidèles. Mes amis m’ont poussés à développer ça de façon professionnelle. Ce que j’ai fait. Les bijoux ont tout de suite plu. Il me manquait un peu de savoir faire et c’est alors qu’en fin d’année j’ai suivi une formation auprès d’artisans joailliers.  La technique entraîne la création ! On en apprend tous les jours, je n’ai pas terminé de créer ! Ce qui est le plus complexe est justement d’arriver à trouver le juste milieu entre les tendances actuelles et anticiper les futures. Nous restons dans une gamme de prix tout à fait abordable et travaillons sur des pièces dans lesquelles nous pouvons nous nicher chaque jour.

Où trouves-tu ton inspiration ? Des petits conseils et recommandations ?

Je suis en quelque sorte autodidacte et comme je te le précisais au début, je ne sais pas dessiner. Il faut donc que je mette mes idées en pratique. C’est en faisant que j’arrive à construire ou renverser une pièce.

Mes inspirations me viennent d’un peu partout.

Le voyage reste le point fondamental mais au delà de ça, j’essaie de façonner avec ce qui m’entoure.

Je possède une broche Celte en argent qui appartenait à ma grand-mère, elle m’a donné l’envie de créer une sélection de bijoux un peu plus haut de gamme en préservant ce côté naïf.

Cette série sortira pour l’automne hiver prochain. Hâte de vous la présenter !

Et dans 5 ans, on te voit plutôt aux galeries Lafayette ou dans ta propre boutique ?

 … Bonne question ! Je ne sais pas vraiment mais dans un chouette « corner » j’espère !

Quelle est ta vision de la nana d’Paname ?

 Ah ! Le chic à la française ! Un subtil mélange de nonchalance avec une certaine assurance.

Elle est belle la Parisienne. Naturelle … et chiante.

12443395_698351466973901_276669072_o

La jolie Mélanie 

Site

Facebook

Instagram

margi-darika-collier-artemis-1-collection-pe-16-louise-follain-2

Mon coup de cœur : le collier Artemis


ARTICLES ASSOCIES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSTAGRAM