Naomi Loiseau à la rencontre des fans

Alors que la Coupe du Monde de Football vient de se terminer, une effervescence sportive règne ; les fans se sont rassemblés pour voir les matchs, partager leurs prédictions et supporter leur équipe. Les bars, restaurants… et même les petites buvettes éphémères des quais de Seine ont tout fait pour diffuser l’événement sportif. Parce que finalement, derrière la pratique et les athlètes, il y a les fans. Et c’est précisément avec l’idée de mettre en avant ces « oubliés » du sport que Naomi Loiseau lance, en janvier dernier, « Looking for fans » (en français, « A la recherche des fans »).

Naomi_Loiseau_02

« Je trouve que les médias accordent beaucoup d’importance aux sportifs, ce qui est totalement justifié parce que ce sont des athlètes de haut niveau, mais j’avais envie de m’attarder sur toutes ces personnes qui font le déplacement, qui dépensent beaucoup d’argent, qui sacrifient des soirées, des rendez-vous en amoureux parce que c’est une passion et ça ne s’explique pas ».

3 mois après le commencement de son projet, nous avons rencontré Naomi Loiseau, celle qui a tout lâché pour partir à la recherche de ceux qui partagent sa passion.

NDP : D’où t’est venue ta passion pour le sport ?

N : Je suis tombée dans la marmite étant petite. C’est un virus que j’ai attrapé et je pense que je ne pourrais jamais m’en défaire. Je suis la petite dernière de 3 filles, j’ai un papa qui a évolué dans le secteur… A 4 ans, j’allais au Parc des Princes, j’allais à Clairefontaine, je me souviens de la Finale de la Coupe du Monde 98 parce que c’est le 1er match dont j’ai eu l’autorisation de regarder en entier.

Au delà du sport, j’aime l’atmosphère. On vit dans une ère de B to B, B to C, moi je pense que c’est Human to Human et c’est ce qui se passe dans un stade. C’est quelque chose d’indescriptible ; je n’ai pas réussi à trouver autre chose pour l’instant qui me procure les mêmes émotions que j’ai vécu avec des événements sportifs.

« J’ai rencontré des gens qui m’ont dit qu’on pouvait changer plusieurs fois de femmes dans une vie mais certainement pas de clubs pour lequel on est passionné »

NDP : Comment est né « Looking for Fans » ?

N : L’été dernier, j’avais besoin de sous. J’ai décidé de travailler à la Fédération française de Tennis (FFT) mais je m’ennuyais à Paris. Un jour, je vois un message d’AccorHotels « 50 places à gagner pour le Match France-Pays Bas ». Je remplis le formulaire, mais sans y croire, j’avais déjà participé à un concours sans gagner. AccorHotels m’appelle et me demande « Comment on s’arrange pour les 50 places ? ». « – Les 50 places ? Non, il y avait 50 places à gagner en tout mais j’en ai gagné que 2 ». Finalement, AccorHotels m’annonce qu’il s’agit d’un défi : « 50h Chrono ». J’avais 50h pour faire gagner une place à 25 français, 25 hollandais ; vendredi, j’étais à Paris, samedi, je partais à Amsterdam. Expérience Incroyable. Ça m’a donné le goût ; je me suis dit que je voulais faire ça toute ma vie !

Alors l’idée est née et 8 semaines plus tard, j’étais dans l’avion.

Naomi_Loiseau_03

NDP : Tu as déjà fait de nombreux événements sportifs ; comment les choisis-tu ?

N : J’ai d’abord choisi les pays car je voulais m’y rendre. Et j’ai choisi des événements qui m’attiraient. Je suis persuadée qu’on peut faire passer beaucoup plus facilement un message quand on est si-même convaincu. Mais il y a des exceptions ; à titre d’exemple, je n’ai jamais compris la passion autour du Tour de France. Mon challenge, c’est d’aller sur un des étapes du Tour pour découvrir un événement qui ne m’attire pas et que je ne comprends pas, mais je reste convaincue qu’à la fin de l’expérience, mon discours aura totalement changé.

NDP : Si tu devais choisir 3 événements marquants au cours de ton aventure, tu choisirais lesquels ?

N : Les JOs de Pyeongchang, forcément. Je suis passée de l’Australie, 38°C, à la Corée du Sud, -15°C, on n’est jamais préparé. Mais avoir la chance de voir le Biathlon, de voir Martin Fourcade gagner la médaille d’or… J’ai pleuré pendant son sacre, ce qui a bien amusé FranceTV.

Je suis allée voir les Warriors à San Francisco, pour voir le match de basket, mais aussi parce qu’ils jouaient contre les Spurs (équipe de Tony Parker). Quand j’arrive, on me dit que je ne pourrais jamais accéder à l’échauffement parce que je suis placée trop haut. Mais un monsieur m’entend, et entendant que je suis toute seule, me prend sous son aile et me dit « Tu vas rencontre Tony Parker ». C’était un fervent supporter depuis 15 ans et tout le monde le connaissait. Tony Parker voit mon drapeau, me fait un pouce… Sans cette personne, je n’aurais jamais vécu ça.

J’ai vécu tellement de choses… Le dernier événement serait peut-être quand je suis allée à Los Angeles où j’ai assisté à la 1ère conférence de presse de Zlatane Ibrahimovic. Je pose une question, me présente « Naomi from paris ». Il me répond « Ça va ». Ancienne fan du Paris Saint-Germain, ce sont des choses qui me touchent… Et comment j’en suis arrivée là ? Par un fan qui connaissait un fan qui travaillait pour le club, qui a aimé mon projet et m’a dit « On va t’aider ! ». Ce sont des gens qui m’ouvrent leur porte… Je me fais une promesse, c’est de leur renvoyer ça en rentrant. Même si quand je rentre, je ne sais pas comment j’arriverais à revenir à une « vie normale ».

Naomi_Loiseau_05

NDP : Quelles sont les valeurs du fan selon toi ?

N : C’est le partage. Je suis arrivée au Mets de Seattle, j’étais dans le froid… Des fans m’ont vu, ont bien remarqué que je n’étais pas une fan, et en 5 minutes, j’avais les couleurs de l’équipe, la fiche pour chanter les chants.
Ce qui se passe sur le terrain et ce qui se passe dans les tribunes… Dans les tribunes, ce sont les pleurs, les rires, l’émotion. Le partage humainement, quoi. Le sport, c’est un prétexte pour vivre ça.

Naomi_Loiseau_04

NDP : Quel est le futur de « Looking for fans » ?

N : Mon rêve, c’est que dans un an, je me détache de « Looking For Fans » et que la communauté vive toute seule. Que les gens nourrissent la page, qu’ils partageant des vidéos. Si je peux prendre de la distance, et inclure d’autres personnes, ce serait génial.
Il ne faut jamais rien attendre et laisser les choses venir. Dans la vie, on attend trop des choses des gens et on est souvent déçus ; depuis le début, je n’attends rien et cela dépasse tout ce que j’aurais pu imaginer.

A la fin de notre rencontre, Naomi Loiseau et son projet nous ont ouvert les yeux. Le sport, c’est bien plus que ce qui se passe sur le terrain. C’est une aventure humaine, un partage entre des gens qui ne se connaissent pas mais qui ont une passion commune.

> Pour partir à la rencontre des fans : ici

 


ARTICLES ASSOCIES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSTAGRAM