Juliette Lamboley

Actrice

Son Quartier : Le XI est si animé

Juliette Lamboley est née le 21 Avril 1990 à Paris.

Elle est repérée par un agent artistique alors qu’elle n’a que 8 ans. Premier casting : premier film. L’enfant de la honte, téléfilm dramatique d’époque en deux parties avec Barbara Schultz et Maurice Barrier sur les enfants nés hors mariage, marquera le début de sa carrière.

Tour à tour, juive adoptée suite à la mort de ses parents dans Une vie en retour avec Michel Aumont puis Le lien avec Marthe Keller (prix spécial du jury au festival de La Rochelle 2008), incarnation de Marie-Claire dont le procès en 1972, suite à son viol et son avortement clandestin, termina sur la loi Halimi au profit de l’avortement dans Le procès de Bobigny avec Sandrine Bonnaire et Anouk Grinberg (prix spécial du jury au festival de Luchon 2006), c’est néanmoins l’adaptation du roman de Colette Mademoiselle Gigi par Caroline Huppert avec Macha Méril et Françoise Fabian, où elle incarne une jeune féministe du début du siècle refusant son statut de « poule de luxe », qui marquera un vrai tournant dans sa carrière puisqu’elle obtient la Nymphe d’or de la meilleure actrice au festival de Monté-Carlo 2006 ; elle n’a alors que 15 ans.

Passionnée de ski et d’équitation, mais aussi de musique, Juliette obtient la même année un prix en violoncelle au conservatoire, où elle exerce aussi la danse classique et le chant.

Incarnant rapidement des personnages très divers et hauts en couleur, elle devient meurtrière du XVIIIe siècle dans la comédie noire L’auberge Rouge avec Josiane Balasko, Gérard Jugnot et Christian Clavier ; fille baba cool face à son père Kad Merad,  mais aussi Catherine Deneuve et Emmanuelle Béart dans Mes stars et moi ; princesse de la Renaissance révoltée face à Frédéric Diefenthal dans Cartouche, puis fermière pendant la seconde guerre mondiale dans le premier film Nos résistances.

Grande passionnée de théâtre, Juliette Lamboley entre dans un conservatoire d’art dramatique, puis se forme à Londres et suit régulièrement des cours avec les professeurs Jack Waltzer et Robert Castle du Lee Strasberg Institute. Elle montera sur les planches pour la première fois pendant 5 mois en 2008 – l’année de son bac –  en incarnant le rôle de Cecily dans L’importance d’être Constant d’Oscar Wilde.

C’est en 2009 qu’elle obtient son premier rôle au cinéma face à Daniel Auteuil dans la comédie 15 ans et demi, et fait ainsi partie des Révélations (césar du meilleur espoir féminin) de cette année là.

Après des études à l’Ecole Active Bilingue et au Cned, Juliette Lamboley obtient son bac avec mention, avant de commencer des études universitaires en Humanités où elle étudie la philosophie, l’histoire, la littérature, le grec ancien et l’anglais ; elle obtient sa Licence avec mention en 2011.

La même année, elle sera choisie pour faire partie des Talents Cannes, opération du festival de Cannes créée pour révéler les jeunes talents du cinéma français.

Juliette Lamboley incarne cette année là le premier rôle fémin, en anglais, face à l’acteur suédois Stellan Skarsgard, dans le film franco-brésilien-canadien Brazil red, adaptation du roman « Rouge Brésil », prix Goncourt 2001. Se transformant tour à tour en jeune garçon puis en indienne d’amazonie, ce rôle lui vaut plusieurs critiques élogieuses sur ses qualités « d’actrice métamorphosable ».

En parallèle, Juliette Lamboley est entrée dans l’école de réalisation et scénario créée par Luc Besson (Ecole de la Cite) face à 2700 élèves candidats, faisant ainsi partie de la première promotion et confirmant son désir d’écriture et de réalisation.


INSTAGRAM